ÉQUIPEMENT DE SURVIE POUR LE COUPLE

ÉQUIPEMENT DE SURVIE POUR LE COUPLE

Un spécialiste du couple a déjà comparé la relation de couple à un compte bancaire et la tendresse et la douceur à des REER ! Lors des fréquentations, les deux tourtereaux font l’objet de dépôts substantiels. Normal, puisque les deux amoureux manifestent ouvertement leur appréciation mutuelle. Tout nouveau, tout beau : des mots et des regards affectueux, des échanges chaleureux, des sourires complices, un appel sans raison, les plus beaux atours….. viennent grossir le compte. Plus on fait des dépôts et plus les sentiments de sécurité et de satisfaction augmentent. Ce qui a fait dire à l’auteur Charles De Ligne cette pensée savoureuse : En amour, il n’y a que les commencements qui soient charmants. C’est pourquoi on trouve du plaisir à recommencer souvent !

Mais trève de plaisanterie. Une fois sous le même toit, sournoisement, l’habitude qui devient comme une seconde nature, s’installe: partage des tâches, stress au travail, soucis financiers, éducation des enfants, etc. sont autant de situations à hauts risques de retraits, si bien que l’on risque un jour d’être dans le rouge ! Un tel budget à deux s’impose à coup d’efforts et de dialogues afin de développer des qualités de gestionnaires pour minimiser les impacts des dépenses inévitables dans la colonne des retraits. Ainsi, rien de mieux qu’une colonne des dépôts bien garnie, d’autant plus que celle-ci titille généralement le désir sexuel féminin, lequel vient à son tour s’ajouter aux dépôts et même augmenter les intérêts sur placements !

Les couples aptes à gérer les crises

C’est bien beau de parler d’intérêts et capital, mais comment faire pour éviter la faillite…ou la séparation ? D’abord la communication. Non pas via le cellulaire ou le texto. Il ne suffit pas de parler, encore faut-il s’entendre. Voici quelques moyens pour économiser l’amour d’un couple.

Chacun:

  • met de l’énergie à acquérir des habiletés à communiquer afin d’avoir de franches discussions et sait reconnaître sa part de responsabilité dans l’apparition et le maintien d’un problème
  • exprime sa colère, sans mépris ni injustice, et surtout sans toujours brandir la menace de la séparation
  • entend la peine et la peur de l’autre et fait preuve de compassion
  • a le souci de trouver une solution et s’applique à la mettre en pratique
  • reconnaît ses différences, ses transformations, ses propres besoins et en fait part à l’autre
  • se réjouit ouvertement du bonheur de l’autre, même en public !

Établir des compromis à l’amiable
On est tenté de voir les compromis dans le couple comme des sacrifices. Pourtant, ils devraient aller de soi car les deux partis devraient avoir le désir de rendre l’autre heureux. L’un se voit perdant s’il croit voir l’autre savourer sa victoire !

Je vous propose ici un petit test concernant les différences de l’un et de l’autre. Notez 10 sujets que vous et votre partenaire voyez de la même façon et 10 autres où vos opinions diffèrent. Dans le livre Ennemies intimes (Le Jour, 1983), les thérapeutes de couple Bach et Wyden expliquent que les couples abordent leurs dissemblances de l’une des 3 façons suivantes:

  • à la manière de l’autruche, chacun la tête dans le sable préférant ignorer un problème qui risque d’éclater à tout moment
  • les faucons qui se déclarent la guerre à propos de leurs différences, car l’autre n’est pas censé penser autrement que soi
  • ou bien cette troisième approche qui s’appelle le compromis mutuel. Mais attention : il faut voir à ce que cet accomodement se fasse dans le respect et l’entente et surtout que chacun sache mettre de l’eau dans son vin sans toutefois faire déborder sa coupe ! Un véritable compromis c’est du donnant-donnant. Il n’y a rien de mal à sacrifier certaines choses en autant que cela vienne de notre volonté et non de pressions exercées par l’autre.

L’inconciliable

Il y aura toujours des différences, parfois même inconciliables. Selon plusieurs spécialistes du couple, lorsque plus de 5 sujets de mésententes (argent, sexualité, éducation des enfants, travail, etc.) entravent de façon aigüe les plaisirs de la vie à deux, il faut s’attendre à ce que le compte bancaire se retrouve en déficit ! Bien qu’aucun couple est à l’abri de vivre des conflits et qu’il ne faut pas rompre à la moindre tension, il est irréaliste de croire que l’amour peut tout surmonter et qu’il est éternel s’il est véritable.

Conclusion

Pour mieux vivre les compromis et éviter la détresse conjugale, il est plus que souhaitable que les deux partenaires reçoivent de leur union une variété de satisfactions. À quand remonte votre dernier dépôt dans votre compte bancaire amoureux ? Un éloge en public, un petit mot sur le répondeur, pardonner les faux pas, planifier un week-end amoureux…Il y a bien assez de notre belle province qui s’endette !

Nicole Desjardins, M.A.
Sexologue et psychothérapeute
Thérapeute spécialisée de la thérapie conjugale et familiale
819-320-0234  Val-Morin, Laurentides
450-530-6630  Ste-Rose, Laval


Cet article a été publié dans le journal communautaire Ski-se-dit de Val-David, décembre 2010.

Pour lire mes chroniques sur la sexualité:  www.sexologuelaurentides.com

Les commentaires sont fermés.